ambiguïté


ambiguïté

ambiguïté [ ɑ̃bigɥite ] n. f.
• 1270; lat. ambiguitas
1Caractère de ce qui est ambigu dans le langage. amphibologie, équivoque, obscurité. « L'heureuse ambiguïté du mot cœur » (Comte) . Ling. Ambiguïté d'une phrase, d'un mot. polysémie. Levée d'ambiguïté ( désambiguïser) .
Expression ambiguë. « Quantité d'incorrections, d'ambiguïtés » (A. Gide).
2Caractère ambigu (d'un acte, d'un comportement).
3Philos. Caractère de ce qui est philosophiquement ambigu. ambivalence.
⊗ CONTR. Clarté, netteté, précision, univocité.

ambiguïté nom féminin (latin ambiguitas) Caractère de ce qui est ambigu : L'ambiguïté d'un texte, d'un personnage. Point ambigu ; expression, mot ambigus : Texte qui ne comporte aucune ambiguïté. Propriété d'un système d'axiomes dont tous les modèles ne sont pas isomorphes. ● ambiguïté (difficultés) nom féminin (latin ambiguitas) Prononciation [̃&ph86;&ph93;&ph91;ɥ&ph93;&ph104;&ph89;] avec le son -ui- que l'on entend dans aujourd'hui. Orthographe Attention, le tréma est sur le i et non sur le u : ambiguïté. ● ambiguïté (expressions) nom féminin (latin ambiguitas) Ambiguïté sexuelle, anomalie de la morphologie génitale externe d'un individu ne permettant pas de fixer le sexe réel. ● ambiguïté (synonymes) nom féminin (latin ambiguitas) Caractère de ce qui est ambigu
Synonymes :
- double sens
- énigme
- équivoque
- obscurité
Contraires :
- clarté
- netteté

ambiguïté
n. f.
d1./d Caractère de ce qui est ambigu. Ant. clarté, netteté, précision.
d2./d Expression ambiguë. Un discours truffé d'ambiguïtés.

⇒AMBIGUÏTÉ, subst. fém.
Caractère de ce qui est ambigu.
A.— Caractère de ce qui est susceptible de recevoir plusieurs interprétations (cf. ambigu I A) :
1. Carlos se mit à expliquer nettement, sans ambiguïté, souvent avec d'horribles mots propres, la situation critique de Lucien ...
H. DE BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, 1847, p. 190.
2. D'où les complications inextricables de l'aventure janséniste, l'apparente duplicité des chefs, l'ambiguïté constante des consignes qu'ils passent à leurs troupes, et des déclarations officielles qu'ils lancent d'une même voix, mais auxquelles ils ne donnent pas le même sens.
H. BREMOND, Hist. littéraire du sentiment religieux en France, t. 4, 1920, p. 451.
3. Les clichés pourront retrouver droit de cité dans les lettres, du jour où ils seront enfin privés de leur ambiguïté, de leur confusion. Or, il devrait y suffire, puisque la confusion vient d'un doute sur leur nature, de simplement convenir, une fois pour toutes, qu'on les tiendra pour clichés.
J. PAULHAN, Les Fleurs de Tarbes, 1941, p. 148.
Le plus souvent au plur. [En parlant de la parole ou du style] Obscurité de l'expression :
4. ... et chez le médecin, qui ne voulait que préparer à l'événement final, la crainte de trop brutalement préciser et la fuite dans des circonlocutions, des ambiguïtés, des réticences.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1886, p. 529.
5. Dans les mots « l'indécis se joint au précis », et les glissements, les pluralités de sens, les ambiguïtés : la nuit du tombeau est celle des « amours laissées dans un tombeau » comme disait le carnet du voyage en Orient, celle où la bien-aimée est ensevelie, mais celle aussi où elle a plongé l'amant inconsolé; ...
M.-J. DURRY, Gérard de Nerval et le mythe, 1956, p. 180.
En LOG. :
6. Avant d'examiner les morphèmes spécialisés dans la notation de relations synthétiques, il faut montrer que le morphème indiquant la relation analytique du « genre » a, dans le LDD « Coran » une raison d'être essentiellement syntaxique. En effet, il a été créé afin de réduire les ambiguïtés qui naissent lors d'une simple transcription en mots clés d'une séquence écrite en langue naturelle.
M. COYAUD, Introduction à l'étude des langages documentaires, 1966, p. 29.
B.— Caractère de ce qui entre dans deux catégories.
PHILOS. Philosophie de l'ambiguïté :
7. Le système de Merleau-Ponty est une philosophie de l'ambiguïté : dans la mesure où l'homme authentique y est à la fois celui qui pense et celui qui agit, celui qui se retire du monde et celui qui s'engage.
JULIA 1964.
C.— Caractère de ce qui manque de netteté et inquiète (cf. ambigu I B) :
8. Mais vous m'échappez souvent; vous avez pour moi des côtés fuyants, des ambiguïtés où je me perds.
G. FLAUBERT, Correspondance, 1859, p. 364.
9. ... il demeurait ainsi, un pied dans l'église, un pied dans la science, impuissant à servir et à trahir l'une ou l'autre, voyant nettement son ambiguïté, l'exagérant presque à force de s'en rendre compte, homme double et sincère tout ensemble, moderne s'il en fut par cette qualité si cruellement, si complaisamment consciente.
P. BOURGET, Nouveaux Essais de psychologie contemporaine, 1885, p. 284.
10. Sa démarche, évidemment droite et sans nulle ombre d'ambiguïté, avait surtout pour objet de me donner l'espoir d'un résultat prochain et heureux.
L. BLOY, Journal, 1895, p. 172.
11. Les frivoles et les autres sont donc bien d'accord, mais pour des raisons tellement différentes qu'autant vaudrait peut-être la loyale discorde sans confusion possible et sans ambiguïté; de sorte que le public, s'il a raison d'avoir tort, a finalement tort d'avoir raison puisqu'il a raison par hasard, par mauvais goût et par amour du laid.
V. JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 147.
Prononc. ET ORTH. :[]. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 1re syllabe du mot. FÉR. Crit. t. 1 1787 précise : ambigu-ité, et non ghité (cf. aussi LITTRÉ : -guï-,,on met un tréma sur l'i pour indiquer que gui ne se prononce pas ghi, mais que l'u y est entendu``). Tous les dict. du XIXe s. transcrivent la 3e syllabe du mot avec diérèse.
Étymol. ET HIST. — 1270 « caractère de ce qui est ambigu » (Introd. d'astron., Bibl. nat., 1353, f° 54 r° ds GDF. Compl. : Ambiguité et doutance).
Empr. au lat. ambiguitas, attesté au même sens (en parlant de mots) dep. CICÉRON, Part., 19 ds TLL s.v., 1840, 30 : obscurum fit ... aut longitudine aut ... ambiguitate ... verborum.
STAT. — Fréq. abs. litt. :273. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 84, b) 214; XXe s. : a) 162, b) 876.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BONNAIRE 1835. — COHEN 1946, pp. 14-15. — CROS-GARDIN 1964. — DAIRE 1759. — DUP. 1961. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — GIRARD 1756. — GOBLOT 1920. — Gramm. t. 1 1789. — GUIZOT 1864. — JULIA 1964. — LAF. 1878. — LAFON 1963. — LAL. 1968. — LAV. Diffic. 1846. — NOTER-LÉC. 1912. — PRÉV. 1755. — SARDOU 1877. — SOMMER 1882. — Synon. 1818.

ambiguïté ou ambigüité [ɑ̃bigɥite] n. f.
ÉTYM. 1270; du lat. ambiguitas, de ambiguus. → Ambigu. REM. La graphie ambigüité est admise par l'Académie depuis 1975.
1 (Langage). Caractère de ce qui est ambigu, susceptible de diverses interprétations. || Ambiguïté (ambigüité) d'un mot, d'une phrase, d'une explication, d'un ordre. Amphibologie, équivoque, incertitude, obscurité; sens (double sens). || Cette énigme provient d'une ambiguïté volontaire. || Expliquer, montrer qqch. sans aucune ambiguïté.
1 Comme si la profession de foi laissait une ambiguïté dans la créances des fidèles (…)
Pascal, les Provinciales, 16.
2 Il n'y a ni ambiguïté ni équivoque (…)
Bourdaloue, Pardon des injures, I.
(Une, des ambiguïtés). Expression ambiguë. || « Quantité d'incorrections, d'ambiguïtés » (Gide).
Ling., log. Possibilité d'interprétations multiples pour une seule forme. || Levée d'ambigüité par le contexte : fait de cesser d'être ambigu, pour un mot pris dans un contexte. Désambiguïser.
2 Par ext. Caractère ambigu (d'un acte, d'un comportement). Ambigu (vx), ambivalence. || L'ambiguïté de son comportement.
(Une, des ambiguïtés). Acte, comportement ambigu. || « Vous avez pour moi des côtés fuyants, des ambiguïtés où je me perds » (Flaubert, in T. L. F.).
3 Philos. Caractère de ce qui est philosophiquement ambigu. Ambivalence, qualité.
CONTR. Clarté, netteté, précision.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ambiguite — Ambiguïté Voir « ambiguïté » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Ambiguité — Ambiguïté Voir « ambiguïté » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Ambigüité — Ambiguïté Voir « ambiguïté » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • ambiguïté — AMBIGUÏTÉ. s. fém. (U et I font deux syllabes.) Défaut d un discours équivoque et susceptible de divers sens. Parlez net et sans ambiguïté. Il y a toujours de l ambiguïté dans tout ce qu il dit …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ambiguité — Ambiguité. s. f. Obscurité dans les mots qui les rend susceptibles d un double sens. Parlez net & sans ambiguité. il y a tousjours de l ambiguité dans ce qu il dit …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ambiguité — Ambiguité, Ambiguitas …   Thresor de la langue françoyse

  • Ambiguïté — Sur les autres projets Wikimedia : « Ambiguïté », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) L ambiguïté ou ambigüité[1] est la propriété d un mot ou d une suite de mots d avoir plusieurs sens ou plusieurs analyses grammaticales… …   Wikipédia en Français

  • ambiguité — (am bi guï té. On met un tréma sur l i pour indiquer que gui ne s y prononce pas ghi, mais que l u y est entendu. Le mot est de quatre syllabes. Au XVIe s. la prononciation était la même, PALSGR. p. 10) s. f. Défaut d un discours, d un terme… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ambiguite —  Propriete de certaines phrases qui presentent plusieurs sens. L ambiguite peut tenir aux mots, certains ayant plusieurs sens. Ainsi, la phrase : Le secretaire est dans le bureau a au moins deux sens, car secretaire est soit une personne, soit un …   Glossaire de linguistique computationnelle

  • AMBIGUÏTÉ — s. f. Défaut d un discours équivoque et susceptible de recevoir différents sens. Parlez net et sans ambiguïté. Il y a de l ambiguïté dans tout ce qu il dit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.